Certu

Club Innovations Transports des Collectivités

Accueil > Circulation et voirie

> Recherche détaillée

Circulation et voirie

Parole d'expert

Parmi les nombreux critères qui, à tort ou à raison, font que les citoyens prennent souvent leur automobile, on retrouve la vitesse du déplacement et la possibilité de stationner arriver à destination.

Une solution nécessaire mais non suffisante pour rendre les transports collectifs plus attractifs vis à vis de la voiture est la mise en place de sites propres, qu’il s’agisse de couloirs bus ou bien d’une plateforme centrale. Cette condition est nécessaire pour que le transport collectif ne soit pas englué dans le flux des automobiles, mais c’est insuffisant, dans la plupart des cas, à lui assurer une bonne vitesse, une bonne régularité et un bon confort. Il faut, en règle générale, lui adjoindre un système de priorité au feu, qui lui permettra de s’arrêter moins souvent et donc d’être plus rapide, plus confortable et plus fiable sur la durée de déplacement.

L’autre levier majeur pour favoriser l’usage de modes de transports collectifs de l’automobile est de restreindre le stationnement dans les centres villes. Il existe cependant différents types de stationnement (résident, visiteur, pendulaire). Le stationnement des résidents a lieu principalement la nuit, et n’est pas le plus gênant. Le stationnement des visiteurs est celui que l’on cherche à développer car il correspond à des durées de stationnement généralement courtes et est à l’origine de l’activité économique (stationnement pour achats, affaires, loisirs, etc.). Le principal “accusé” est le stationnement des « pendulaires », c’est à dire le stationnement des personnes qui travaillent sur place et qui prennent leur en voiture pour se rendre sur leur lieu de travail en ville. Ces véhicules restent immobilisés toute la journée et monopolisent l’espace public urbain. C’est donc sur lui que portent les contraintes.

Dernières fiches mises en ligne